Sculpture : la rencontre de deux continents

Sculpture : la rencontre de deux continents

Les sculpteurs Jean-Claude Lambert et Solomon Rakotomanana se sont rencontrés le temps d’une visite amicale. Échanges d’idées et réflexions étaient au rendez-vous.

Arrivé avec sa famille en 1982 à Nantes, Jérémie Ravahimanana a noué des liens d’amitié forts avec une famille Teilléenne. Depuis, l’homme a décidé d’aider son pays d’origine, Madagascar.

En 2008, il devient consul honoraire de l’île pour le grand ouest. Ayant côtoyé dans son enfance le sculpteur Solomon Rakotomanana, le consul a réalisé, jeudi, son rêve. « J’ai profité de son passage en France pour l’ouverture d’une galerie à Paris, et sa participation au Grand Pavois de La Rochelle, pour le faire venir à Nantes ce grand sculpteur sur bois sinistré de la grande île. »

De son passage dans la région, une rencontre amicale a été organisée jeudi, à Teillé entre Solomon et Jean-Claude Lambert, un autre sculpteur international installé entre les communes de Teillé et Mouzeil.

Le Siko-bontolo, spécialité de Solomon

Fils et petit-fils de sculpteur, Solomon Rakotomanana hérite tout naturellement du talent de ses aînés. Il réalise sa première sculpture à dix ans. Depuis la création de Manan’Art, son atelier d’artiste spécialisé en création de sculptures figuratives, décoratives et abstraites, dans les années 1980, Solomon n’a cessé d’évoluer.

Il travaille à partir des arbres abattus par les cyclones. Ébène, palissandre, bois de rose, mais aussi bois blanc comme le fanazava et le hazotokana, ou encore le tsivakimbaratra.

Solomon Rakotomanana maîtrise à la perfection l’art de changer les bois en sculptures inédites. Sa spécialité? « Le siko-bontolo, une taille intentionnellement inachevée effectuée dans le tronc du bois. »

Le contraste est tout simplement saisissant entre la partie travaillée, lissée à la perfection, et le brut laissé en l’état qui la valorise.

Né à Teillé en 1953, Jean-Claude est de son côté un sculpteur d’œuvres monumentales sur bois, pierre et métaux. Il a participé à plus de quarante symposiums internationaux.

« Que va devenir notre planète ? »

Dans le village de la Petite-Fournerie, une galerie est ouverte au public à côté du parc de sculptures de l’artiste Teilléen. Ensemble, les trois hommes y ont déambulé. « Ces pierres ont 300 millions d’années, nous, nous sommes quoi ? Respectons notre planète, que va-t-elle devenir ? », lâche Jean-Claude Lambert pendant la visite.

Son parc, malgré beaucoup d’interrogations, se veut un espace ouvert au public. « J’ai désiré un esprit de paisibilité pour sensibiliser les visiteurs à l’observation et au développement de l’imaginaire. »

Avant de repartir, Jérémie Ravahimanana aura quelques bons mots pour l’artiste Teilléen : « C’était une riche rencontre, amicale et fraternelle, axée sur le partage et la solidarité. »

Madagascar au coeur de l’économie mondiale

Madagascar au coeur de l’économie mondiale

Jeudi 18 octobre, l’International Business Day était de retour à lISG Nantes ! Pour sa deuxième édition, nous avons eu l’honneur de recevoir 4 consuls provenant de pays culturellement et économiquement différents. L’objectif pour nos étudiants ? Leur permettre d’approfondir leurs connaissances en matière d’échanges économiques internationaux.

Pour bien commencer la journée, nous nous sommes réunis autour d’un petit déjeuner afin de lancer les hostilités. Puis, nous avons accueilli notre première intervenante, Madame Edström Bourdeau, la consul de Suède. La Suède, pays le plus connu au monde selon l’Institut de la Réputation et représenté comme l’Etat du bonheur est admiré pour sa droiture dans son économie. La problématique de cette conférence était la suivante : Le modèle économique suédois est-il transposable en France ? S’appuyant sur le « personnummer« , un numéro décerné à la naissance à chaque citoyen suédois permettant à l’Etat de connaître de nombreuses informations sur sa population, la Suède bénéficie de cette multitude de données pour en régir sa stratégie économique. Cependant, la France n’ayant pas accès à toutes ces informations ne peut s’appuyer sur celles-ci pour définir sa stratégie économique.

A la suite de cette première conférence, nous avons accueilli Monsieur Ravahimanana, le consul de Madagascar. Monsieur le consul nous a présenté l’actualité économique de son pays. Pays en pleine expansion, Madagascar se distingue principalement grâce au développement du secteur touristique et plus particulièrement du tourisme du luxe. Premier producteur de vanille au monde, le pays offre de nombreuses opportunités dans les secteurs des services, du digital et du web. Bien loin des clichés que nous avons, Madagascar est aujourd’hui une terre d’avenir où se mêle faune, flore et opportunités économiques.